Eden Plongée - plongée Guadeloupe à Port-Louis
eden plongée
Club, école et centre de plongée de Port Louis en Guadeloupe.

Une plongée originale sur le sable.

A la découverte des habitants du sable.


Rédigé le Mercredi 30 Mai 2018 à 18:00 | Lu 241 commentaire(s)

Le plongeur lambda n’aime pas le sable. C’est le récif qui l’attire parce que c’est là qu’il y a des choses à voir ! C’est incontestable, mais il ne faut pas pour autant se laisser berner par l’aspect désolé de ce désert de sable car on y découvre une biocénose intéressante.


La limace Queue d'Hirondelle, un redoutable prédateur.

Limace Queue d'Hirondelle
Limace Queue d'Hirondelle
Sur le sable des végétaux se développent comme les algues mais également des plantes à fleurs comme l’Herbe à Lamentin, unique dans son genre ; elle possède des feuilles cylindriques.
On regardant de plus près vous aurez peut-être la chance d’observer une petite limace de 1 à 4 cm de long, de forme allongée. Elle possède une queue bifide ressemblant à une queue d’hirondelle, ce qui lui vaut son nom de Limace Queue d’Hirondelle,  (Chelidonura hirundinina) pour les puristes.
Cette limace n’est pas végétarienne, c’est un redoutable prédateur qui se nourrit de vers plats.

La Méduse Cassiopée vit à l'envers.

Méduse Cassiopée, ombrelle tournée vers le fond.
Méduse Cassiopée, ombrelle tournée vers le fond.
Plus loin, une méduse posée à l’envers sur le fond de sable agite ces tentacules. Est-elle en train de mourir ?
C’est une Méduse Cassiopée (Cassiopea frondosa), ombrelle posée sur le fond elle est en train de se nourrir. Les pulsions de son ombrelle créent un mouvement d’eau qui lui permet d’attraper du zooplancton.

Des crevette et Poissons Apogons se dissimulent sous une méduse Cassiopée.
Des crevette et Poissons Apogons se dissimulent sous une méduse Cassiopée.
L’autre raison de cette position insolite c’est qu’elle entretient une relation symbiotique étroite avec des algues (zooxanthelles) qui lui fournissent de la matière organique dont elle se nourrit. Ces zooxanthelles, qui ont donc besoin de lumière, sont logées dans les tissus de la surface ventrale et c’est pourquoi la méduse se présente retournée.

Elle abrite souvent des poissons Apogons et également des crevettes qui y trouvent un abri et une protection.
La méduse Cassiopée, comme tous les cnidaires, possède des organes urticants, ses hôtes trouvent ainsi une protection.
 

L'Olive Réticulée vit dans le sable.

Une Olive Réticulée surprise hors du sable.
Une Olive Réticulée surprise hors du sable.
On peut apercevoir parfois un long sillon sur le sable. En s’approchant on distingue une forme qui se déplace sous le sable. C’est l’Olive Réticulée (Oliva reticularis), un gastropode munit d’une coquille joliment décorée.
Elle se nourrit exclusivement de cadavres.

La famille des Strombes.

Un Strombe Laiteux en train de pondre.
Un Strombe Laiteux en train de pondre.
Le sable est le domaine de prédilection de certains mollusques de la famille des Strombes. Le plus connu étant le Lambi (Strombus gigas). Mais on trouve également de nombreuses autres espèces : Strombe Laiteux (Strombus costatus), Strombe Aile de Faucon (Strombus raninus), Strombe Combattant (Strombus alatus), Strombe Coq (Strombus gallus).

Les Strombes Combattant se rassemble par centaines pour se reproduire.
Les Strombes Combattant se rassemble par centaines pour se reproduire.
Ils sont là pour se nourrir d’algues et de phanérogames ainsi que de détritus organiques. Mais également pour ce reproduire en se rassemblant par centaine. La ponte est un long cordon qui contient les œufs microscopiques en forme de pelote de laine, la ponte peut contenir environ 400 000 œufs.

En plongée à Port Louis sur le sable on peut y rencontrer de nombreux poissons :
Des raies Pastenagues souvent enfouies dans le sable en train de se reposer. 
Des Rasons, un étrange poisson qui se précipite tête la première pour disparaitre dans le sable.

Et des poissons encore plus étranges les uns que les autres ...

Le Rouget Volant.

Un Rouget Volant toutes ailes déployées.
Un Rouget Volant toutes ailes déployées.
On le rencontre sur les fonds sableux à proximité des herbiers en marchant sur le fonds à l’aide de ses nageoires pelviennes. C’est le Rouget ou Grondin volant (Dactylopterus volitans). Dérangé par le plongeur il déploie  ses énormes « ailes » teintées de bleu vif et s’enfuit.

Drôle de bête ! Le Trigle strié.

Le Trigle Strié marche sur les 3 rayons de ses nageoires pectorales.
Le Trigle Strié marche sur les 3 rayons de ses nageoires pectorales.
Un autre marcheur le Trigle Strié (Prionotus aphryas). Il marche sur les 3 premiers rayons de ses nageoires pectorales indépendants et mobiles. Il les utilise aussi comme des mains pour retourner les sédiments coralliens. Mauvais nageur, il rechigne à nager et préfère se fondre par mimétisme dans l’environnement. Dérangé, il déploie ses nageoires pectorales et s’enfuit en grognant.

Le Diodon à Antenne.

Le Diodon à Antennes est pourvu d'épines en forme d'antennes sur la tête.
Le Diodon à Antennes est pourvu d'épines en forme d'antennes sur la tête.
Il vit sur les zones sableuses à proximité des herbiers et se déplaçant lentement. Il se confond avec son environnement par mimétisme. C’est le Diodon à Antennes (Chilomycterus antennatus). Son corps est recouvert de courtes épines dressées en permanence. Sur la tête il porte des épines plus souples et plus allongées comme des antennes.

L'Antennaire Strié.

L'Antennaire Strié possède un leurre sur la tête en forme de boomerang.
L'Antennaire Strié possède un leurre sur la tête en forme de boomerang.
Champion incontesté du mimétisme, son corps est recouvert de filaments translucides ressemblant à s’y méprendre aux algues environnantes. C’est l’Antennaire Strié (Antennarius striatus). Il possède au-dessus de la tête un long filament terminé par un leurre en forme de boomerang qu’il utilise comme une ligne pour attirer ses proies.

De plus en plus étrange ! Poisson Chauve-souris.

Un couple de Poisson Chauve Souris indifférents à la présence des plongeurs.
Un couple de Poisson Chauve Souris indifférents à la présence des plongeurs.
Là, on touche le summum de l’étrangeté !
Le poisson Chauve-souris (Ogcocephalus nasutus), il possède une tête volumineuse prolongée par une longue corne frontale,  une bouche exprimant la tristesse et il déplace à « quatre pattes » en s’appuyant sur ses nageoires pectorales largement développées, pourvues d’articulations en forme de coudes, et les pelviennes qui lui servent de patins.
Il est capable d’effectuer, assez lourdement, de courts déplacements en nageant à quelques centimètres au-dessus du sable.

Toute cette énumération n’est pas exhaustive, bien loin s’en faut. La plongée sur le sable à Port-Louis en Guadeloupe réserve bien des surprises !
Alors convaincu qu’on peut faire de belles plongées sur le sable en Guadeloupe ? Venez nous rejoindre :
 





Club Eden Plongée
25, bd. A. R. Boisneuf
97117 Port-Louis Guadeloupe
==> Tel : 0690 68 12 27
Tous les jours.
Rendez-vous 8 H 30 et 13 h 30
Facebook
Google+
Twitter
YouTube Channel
Other
Instagram