Club, école et centre de plongée Guadeloupe de Port Louis dirigé par Christophe et Eric





Club Eden Plongée
25, bd. A. R. Boisneuf
97117 Port-Louis Guadeloupe
==> Tel : 0690 68 12 27
Tous les jours.
Rendez-vous 8 H 30 et 13 h 30




Les plus belles rencontres à faire en plongeant à Port Louis.

A la recherche du plus beau souvenir de plongée.


Rédigé le Jeudi 25 Septembre 2014 à 09:45 | Lu 1948 fois


Faire se qu’on appelle une belle rencontre dépend des aspirations de chacun pour certains plongeurs ce sera la rencontre de grandes créatures sous marines telles que les tortues, les raies ou les requins pour d’autres ce sera plutôt le découverte d’animaux minuscules telles que les nudibranches.
Mais tous sont unanimes, une belle rencontre, c’est ce qu’il est rare pour pas dire exceptionnelles de rencontrer en plongée sous marine et ce qui laissera un souvenir impérissable au plongeur.


Des dauphins viennent à la rencontre des plongeurs en Guadeloupe.
Des dauphins viennent à la rencontre des plongeurs en Guadeloupe.

Pourquoi fait-on de belles rencontres à Port-Louis ?

Les sites de plongée Guadeloupe sont très variés, le club Eden Plongée à Port-Louis est idéalement situé dans la mer des Caraïbes pour offrir un panel de sites.


Coincé entre la Basse Terre et la Grande Terre se trouve l’immense baie du Grand Cul-de-Sac Marin d’une superficie de 15 000 ha. Elle est bordée par des mangroves, des forêts marécageuses et des marais herbacés sur plus de 5 000 ha dont les fonctions écologiques sont très importantes.
Cette baie a un rôle de nourrissage et de halte pour les poissons et les oiseaux migrateurs.
 
Dans le Grand Cul-de-Sac Marin  se trouve la Réserve Naturelle de l’Ilet Fajou créée en 2009, elle est classée « cœur du Parc National » c’est un site majeur pour l’avifaune ou l’activité humaine est réglementé. Et malheureusement pour nous, sur les trois cœurs de Parc du Parc National de Guadeloupe c’est le seul dans lequel on ne peut pas plonger.

Les tortues sont des reptiles descendants direct des dinosores.
Les tortues sont des reptiles descendants direct des dinosores.
En montant vers le nord on arrive aux falaises de la Grande Vigie, lieu de rencontre de l’Atlantique et de la Mer des Caraïbes lieu de prédilection des poissons pélagiques.
 
Port-Louis en Guadeloupe est donc idéalement situé, à la fois dans la mer des Caraïbes mais avec une fenêtre sur l’Atlantique.
Cette situation offre donc une grande diversité de biotope (lieu de vie) pour les animaux où il y trouve une nourriture abondante ce qui est propice à la rencontre d’animaux de toutes tailles.

Enfouie dans le sable, une raie Pastenague ne laisse voir que ces yeux.
Enfouie dans le sable, une raie Pastenague ne laisse voir que ces yeux.

Qu’est-ce qu’on peut y voir de si exceptionnelle ?

Comme je l’ai dit au début, une rencontre qualifiée d’exceptionnelle dépend des aspirations du plongeur.

Pour les adeptes des animaux de petites tailles, un poisson Antennaire, un Hippocampe, une limace sont des rencontres exceptionnelles.

Pour d’autre aux contraire, ce sont les grosses bêtes qui les attirent comme les Raies (Pastenague, Aigle, Manta), les dauphins, les tortues, voir les très grosses bêtes comme les baleines.
 

Une tortue Imbriquée en ponte sur l'une des plages sauvages de Port-Louis.
Une tortue Imbriquée en ponte sur l'une des plages sauvages de Port-Louis.

Rencontre avec l’un des derniers reptiles marins, la tortue.

Dans les eaux Guadeloupéennes cinq sortes de tortues sont présentes. Mais seul deux espèces pourront être observées régulièrement par des plongeurs.

La tortue Imbriquée (Eretmochelys imbricata), elle doit son nom commun aux écailles de sa carapace qui se chevauchent comme les ardoises d'un toit.
C’est une tortue marine d’une taille moyenne de 100 cm pour un poids de 70 kg elle est caractérisée par son bec pointu, et les bords de sa carapace dentelés, mais ce caractère s’estompe avec l’âge de la tortue.
Cette espèce se nourrit principalement d'éponges.

Une tortue Verte remonte à la surface pour respirer.
Une tortue Verte remonte à la surface pour respirer.
La tortue Verte (Chelonia mydas) doit son nom à la couleur de sa graisse verte. Elle a un museau court et une carapace fortement bombée.
La carapace mesure entre 100 cm et 140 cm, et son poids moyen se situe aux alentours de 160 kg. C’est une tortue herbivore qui se nourrit de végétaux.
Leur présence dans le Grand Cul-de-sac Marin des tortues Vertes et Imbriquées à deux raisons.
La première c’est qu’elles viennent pour se nourrir en raison de la densité importante des spongiaires et qu’il y a de grande prairie de plantes marines.
La seconde raison de leur présence c’est l’attrait des plages sauvages encore exempt d’habitation qui en font un lieu de ponte idéale.

Le Chinois, un Grand Dauphin qui apprécie la présence des plongeurs.
Le Chinois, un Grand Dauphin qui apprécie la présence des plongeurs.

Mon ami le Chinois, un Grand Dauphin facétieux.

La baie de Port-Louis est souvent fréquentée par une famille de Grand Dauphin (Tursiops truncatus).
Ce sont des mammifères marins d’une taille comprise entre 2,5 m et 3 m, ils ont un museau court, en prolongement d’une tête bombée formant un « melon », l’allure de sa bouche lui donne un éternel « sourire ».
Dans le groupe un dauphin facétieux surnommé le « Chinois  », en raison de ses yeux bridés, ne rate jamais une occasion de venir faire un petit coucou aux plongeurs.

Ma première rencontre Le Chinois date de l’année 2004. L’âge moyen que peut atteindre un Grand Dauphin en liberté est de 30 ans, je vais donc le rencontrer encore pendant longtemps !

Les Grands Dauphins sont dotés d'un système de sonar permettant par écholocation d'avoir une grande connaissance des organismes et structures environnants, ainsi ils sont capables de repérer les plongeurs bien avant que nous les voyons.

La Raie Pastenague se repose sur le sable indifférente aux plongeurs.
La Raie Pastenague se repose sur le sable indifférente aux plongeurs.

D'étranges créatures qui volent au-dessus du récif, les raies.

Sur les sites de plongée de Port-Louis on rencontre régulièrement deux espèces de Raie : La Raie Pastenague Américaine, et la Raie Aigle. Ce sont toutes deux des poissons cartilagineux apparentées aux requins.
Les Raies Pastenagues (Dasyatis americana) chassent la nuit se nourrissant de mollusques, de vers, de crustacés ou de petits poissons. Le jour on voit la trace de leur passage nocturne par les dépressions qu’elles creusent dans le sable pour la capture de leur proie.
Ouvrons l’œil, il y en peut-être une d’enfoui dans le sable à proximité !
L’approche d’une Raie Pastenague doit se faire sans précipitation, lentement, bien en vue de l’animal. On peut ainsi les approcher à moins d’un mètre.

La Raie Aigle vole au-dessus du récif à la recherche de mollusques.
La Raie Aigle vole au-dessus du récif à la recherche de mollusques.
L’Aigle de Mer ou Raie Léopard (Aetobatus narinari) est beaucoup plus farouche.
Souvent en banc, les Raies  Léopard nagent lentement au-dessus du récif donnant l'impression de voler. Elles se reconnaissent par leur forme caractéristique en losange. Le ventre est blanc, le dos gris foncé tachetée de points blancs et possède une queue fine et longue.
L’Aigle de Mer a une tête très aplatie, semblable à un bec de canard. Sa bouche est équipée de robustes dents en plaques qui lui permettent de broyer aisément les coquilles des mollusques dont elle se nourrit.
Ces deux espèces de raies appelées parfois Raies Armées possèdent des dards au niveau de la queue reliés à des glandes à venin. Elles ne sont pas agressives mais il faut toutefois y prendre garde. Leur piqûre peut-être dangereuse.

La Baleine à Bosse est capable de faire des sauts spectaculaires.
La Baleine à Bosse est capable de faire des sauts spectaculaires.

Quand vient la saison du souffle des Baleines à Bosse.

Les baleines à Bosse (Megaptera novaeangliae) sont des mammifères cétacés de très grande taille jusqu’à 16 m, elles possèdent des nageoires pectorales très longues et un aileron dorsal minuscule par rapport à la taille de l’animal.
Tous les ans les baleines entament une migration de plusieurs milliers de kilomètres qui les amène dans les eaux Guadeloupéennes où elles viennent donner naissance à leur petit et se reproduire. Présentes dés le mois de décembre c’est entre mars et mai que vous aurez le plus de chance de les rencontrer.
Si les mamans baleines restent silencieuses au contraire les mâles peuvent chanter pendant des heures. En plongée, on peut entendre leur chant amoureux, une mélodie très élaborée, parfois si proche qu’on lève la tête espérant les voir nous passer à côté (c’est arrivé).
Lorsque les baleines s’aventurent près de la côte, il nous arrive de croiser leur route et d’assister à un moment exceptionnel, leur saut (breach).

Pour vous convaincre, rien de telle que de vous montrer des images tournées sur les sites de plongée de Port-Louis.


Le Nord Grande Terre un endroit préservé propice pour de belles rencontres.

Notre carnet de plongée est rempli de rencontres toutes plus belles les unes que les autres faites à Port Louis en Guadeloupe .
Ces rencontres, dauphins, tortues, raies, baleines.... quête du Graal du plongeur, nous les partageons avec vous sur notre blog.
 
Cela a été pour notre plus grand plaisir, cela sera pour le votre demain....
  • Adresse du club : 25, bd. A. R. Boisneuf - 97 117 Port-Louis Guadeloupe
  • Réservation téléphone : 0590 22 87 27
  • Formulaire de contact